Silence ça pousse #épilogue • Silence je pousse

Me voilà à peine entrée dans mon 8ème mois. Je suis grosse comme une bonbonne, j’ai de plus en plus de mal à mettre mes chaussettes, du coup, j’évite de sortir. Uniquement pour rendre visite à mon maïeuticien pour la préparation à l’accouchement. Parce que oui, Louise est ma première et non, je ne sais pas comment ça se passe. J’ai pleins d’idées complètements fausses et préconçues en tête. Il est temps d’éliminer cela, d’apprendre sérieusement à pousser  pour pouvoir tout donner le jour J.

Arrive le dimanche 19 Décembre. Comme tous les autres jours de ce mois-ci, je n’ai pas fait grand chose, du moins, rien dont je ne me rappelle. J’ai vue S., mon amie qui vit sur Paris, et qui deviendra (dans la nuit, mais elle ne le sait pas encore) la marraine de ma Louise.
Mes parents partent ce soir en vacances, à mon grand dam.
MonsieurPapa rentre du travail vers 23h. Bon, rien de spécial, on va se coucher. 3h du mat’. Ouuuuh pinaise… je me fais pipi dessus !!! Je file dans la chambre réveiller MonsieurPapa.
 » – Je crois que j’ai perdu les eaux. Mais je suis pas sûre, je vais me recoucher et on verra demain. »
Le temps pour lui de comprendre que non, il n’est pas en retard au boulot, comprendre que ça y’est il va passer de l’autre côté, qu’il va devenir papa, comprendre que notre petit bout va bientôt pointer le bout de son nez et HOP le voilà au volant de la voiture direction la maternité !!
Bon, à ce moment là, les contractions commencent à arriver ; vous savez, celles qui vous font douiller, vous tortiller dans tous les sens, qui remontent dans le dos toussa toussa… Heureusement c’est la nuit, nous ne croisons pas grand monde sur la route.
& voilà, je me retrouve sur le parking de la maternité, à marcher comme un canard car mon froc est complètement mouillé, en me tordant de douleur et en attendant que MonsieurPapa trouve l’entrée des Urgences. Que nous n’avons pas trouvé d’ailleurs, puisqu’il a toqué à un carreau pour qu’on daigne nous ouvrir. & là, plane le mystère de l’entrée des Urgences de la maternité de Montpellier…
On nous fait alors patienter mais on me prend tout de même en charge rapidement. On m’installe dans une chambre « de dilatation » (comme ils appellent ça, hein, je n’invente rien) et une sage-femme s’occupe de moi. Bon, je vais accoucher, mais pas tout de suite… Ha bon ?? Mais ça pouuuuuuussse !!!! & bien sûr, j’ai fais mes prises de sang pour la péridurale le vendredi d’avant, ce qui fait que je n’ai pas encore reçu les résultats. RAAAAAH ! Il faut me refaire cette prise de sang et attendre les résultats avant que l’on me pose la péridurale.
7h du mat’, on a enfin les résulats. YIIIIIIIIIIHAAA ! Bon, de 3h à 7h, il y a un temps dont je ne parlerai pas (rien d’intéressant, des cris, des vomitos, etc…), mais MonsieurPapa en profite pour appeler toute la famille. Mes parents rebroussent chemin illico. On me pose enfin la péridurale et on m’emmène en salle de travail. Les choses sérieuses peuvent enfin commencer.
J’essaie de dormir parce que… c’est pas pour tout de suite. Ha bon ?? Je suis crevée et je n’ai même pas droit à un verre d’eau. 2 sages-femmes arrivent quelques heures plus tard et c’est le moment de commencer.
ALLER, on y va !!
Je pousse… En essayant de bien me rappeler, comme nous avait montré le maïeuticien. Je flippe, j’ai pas fait ma radio du bassin pour voir si bébé passe. Maintenant on y est, faut pousser de toute façon. & non, non, non, je ne veux ni de ventouse, ni de forceps, ni d’épisiotomie (j’ai raté le cours là dessus, aussi, fallait pas qu’elle arrive si tôt). Alors je pousse.
SILENCE JE POUSSE !!!!!!!
Les sages-femmes m’encouragent, me disent que ça avance bien. Pas de complications, pas de ventouses, de forceps ni d’épisiotomie. Je pousse très fort, Louise doit certainement m’aider un peu…
& POUF ! Environ 30 minutes plus tard… le 20 Décembre 2010, à 10h57, Louise est arrivée.
Pour retrouver toute la série #Silence ça pousse ainsi que cet épilogue, clique  !

4 Replies to “Silence ça pousse #épilogue • Silence je pousse”

  1. Comme toi j'étais crevée et la péri était vide quand la Sucrette s'est engagée vers la sortie! Chez moi, c'était mets le volume, ça va douiller! 🙂 Mais alors une fois sortie… y a pas de mots…
    Elle était déjà superbe ta Louise!

  2. Idem… Une fois qu'elle était là… C'est indescriptible. Ces moments sont magiques ! (Par contre j'ai jamais eu autant soif de toute ma vie…Ah ce verre d'eau après des heures et des heures, lui aussi je m'en souviens bien !)

  3. Hé bien tu vois, quand je m'imaginais mon accouchement, je pensais être submergée par l'émotion et puis en fait, tout s'est enchainé tellement vite, au final, que j'ai pas pensé à ce qui m'arrivait, et je n'ai pas versé une larme. Je sais pas, c'est comme si j'avais réalisé bien après qu'elle soit là, que nous étions devenus parents, que j'allais avoir un petit bout dans les pattes pour de noooooooooombreuses années à venir. Que l'aventure commençait, en quelque sorte.

  4. Ooooooh oui ! Quelle soif ! 😉

Laisser un commentaire