I.E.F : notre décision

Jusqu’à l’an passé, je n’avais jamais vraiment remis en question le rôle de l’éducation nationale. Little L. est une élève sérieuse qui n’a eu aucune difficulté pour s’intégrer à l’école maternelle, qui a toujours bien fait ce qu’on lui demandait. J’avais bien entendu une opinion assez partagée sur la pédagogie utilisée dans nos écoles publiques ; je me disais que c’était bien mieux dans les pays nordiques, comme en Finlande, en Suède ou en Norvège. Mais jusqu’à ce que Little L. rentre au CP, je n’avais jamais envisagé que son éducation puisse être différente.

Lorsque je lisais dans son carnet de correspondance parents/enseignant que Little L. était trop « lente » à l’écrit, je me posais alors la question : « trop lente », par rapport à quoi ? A qui ? D’après quels critères ? Little L. écrit à son rythme, et dans un soucis de bien faire, elle prend son temps, elle s’applique. Bref, on lui demandait d’aller au rythme de la classe, pour ne pas ralentir le groupe, pour ne pas être à la traine ou ne pas dores et déjà avoir des lacunes.

Cela peut paraître anodin mais a soulevé en moi des tonnes de questions quant à l’éducation de mes enfants. Alors j’ai commencé à regarder de plus près les alternatives qui s’offraient à nous. & je me suis d’abord tournée vers l’idée de l’école alternative. Oui mais… la première école alternative est très loin de notre lieu de vie et nous obligerait à manger des patates tous les jours. Autant dire que j’ai très vite laissé tomber l’idée.

Alors j’ai commencé à chercher sur la toile des récits d’expériences de familles qui marchent hors des sentiers battus. & là, preuve qu’Internet est une mine d’or d’informations, j’ai trouvé des blogs, des forums, des sites entiers consacrés à l’I.E.F. & j’avoue que cela m’a fait rêvé. Alors j’ai creusé plus, parce que voilà, j’avais trouvé l’alternative faite pour nous. J’ai acheté des livres, et commencé à feuilleter tout un tas d’articles sur l’éducation libre.

Puis, lors d’un week-end en AirBnb que j’avais réservé pas très loin de chez nous, nous avons posé nos bagages chez une famille qui pratique l’I.E.F. (heureux hasard que nous offre la vie) Ô joie, ô désespoir !! Quel bonheur, je pouvais enfin voir de mes propres yeux ce qu’offrait cette façon de vivre avec ses enfants. J’y ai vu des enfants épanouis, dégourdis, des parents complices et aimants, et j’y ai vu la liberté. D’abord la liberté des enfants, qui évoluaient de façon autonome, qui ne cessaient d’expérimenter… Des enfants sociables… (malgré tous les préjugés d’associabilité que l’on peut avoir sur l’I.E.F) Nous avons discutés, discutés, discutés… On nous a glissé le film Être et Devenir sur notre clé USB et nous sommes rentrés dans notre forêt plus sûrs que jamais que oui, c’est ce que nous voulons pour nos propres enfants. Pour Mini A., qui a tout juste 1 an, cela va de soi. Avec son papa nous sommes convaincus par cette éducation. Oui mais… Little L. est en « garde alternée » (en fait pas vraiment car les horaires de travail de son papa ne nous le permettent pas donc je dirai plutôt que c’est une garde alternée aménagée).

Après avoir exposé la chose d’abord à la principale concernée (qui a tout de suite été hyyyper emballée) puis à son papa, après lui avoir laissé le temps d’une mûre réflexion, nous nous sommes posés, tous les 3, pour en discuter. & nous nous sommes mis d’accord. Nous allons essayer l’I.E.F l’an prochain. Alors que Little L. devra faire sa rentrée en CE2, si elle est encore partante pour l’aventure (car rien n’est imposé) elle fera sa non-rentrée à la maison.

De mon côté je continue à m’informer sur le sujet, & je dois dire que depuis que la décision a été prise j’ai une certaine pression. J’ai des peurs ; ma plus grosse hantise : les inspections. C’est pourquoi je me suis dores et déjà inscrite sur un forum de familles qui pratiquent l’I.E.F dans ma région, et j’espère pouvoir les rencontrer tout bientôt. J’ai d’ailleurs été agréablement surprise du nombre de familles qui pratiquent. Nous avons tendance à penser qu’à la campagne ou à la montagne c’est plus compliqué, hé bien la preuve en est que non ! 😉 Je continue à lire des ouvrages sur le sujet et à rassembler des idées d’activités qui seraient susceptibles d’intéresser Little L. Nous réfléchissons ensemble à comment nous allons organiser nos journées et avons déjà posé les premières pierres de notre future organisation.

 

Malgré cette pression qui je le sais me vient du fait que nous allons faire différemment de ce que nous impose la société, malgré mes peurs, je reste convaincu par cette façon de vivre l’éducation avec mes enfants. Je souhaite qu’ils deviennent des personnes libres et je vais continuer à y mettre énormément d’énergie.

 

A bientôt, voisins Sauvages !

🌲🏠🌲

4 Replies to “I.E.F : notre décision”

  1. Mais que ce billet me parle… Et comme je vous envie!
    Tu sais peut-être que je suis moi-même instit, donc au cœur de ce système que tu décris. Et depuis que je suis maman, je ne pense plus qu’à ça : ne pas mettre Little à l’école (je vois l’envers du décor et je ne veux pas ça pour mon enfant), et faire l’école à la maison… Sauf que, mon compagnon, lui, est totalement contre cette idée. En plus, financièrement, c’est vraiment difficile, surtout qu’on vient d’acheter notre maison… Bref, c’est un doux rêve que je nourris, alimente, développe, propage autour de moi, j’en parle beaucoup, me documente, je crois mêmea voir converti des proches, mais je sais que cet idéal d’IEF reste très lointain pour nous.
    Connais tu le blog d’Eve, Liv et Emy (Eve Hermann) ? C’est mon préféré, en la matière. Je trouve cette famille (lyonnaise) très créative, douce et poétique, leur Instagram me fait rêver, j’aimerais que tous les enfants de la Terre aient cette éducation si riche, ouverte, et libre (re – doux rêve…). Personnellement, c’est en lisant Bambichoses et son blog que j’ai eu le déclic (et que j’ai découvert l’envers de l’éducation nationale, que je ne soupçonnais pas jusqu’alors…) J’ai d’ailleurs écris un billet à ce sujet il y a quelques mois, peut-être l’avais-tu lu ?
    -> https://hellozadig.wordpress.com/2017/10/21/education-bienveillance-ecole-et-maison/

    Ne t’inquiète pas, au départ l’IEF va te paraitre un grand gouffre et les inspections des échéances terribles mais enf ait, les enfants en IEF apprennent tellement plus vite que dans l’EDUC NAT que tu n’auras aucun problème à boucler le programme officiel dans les temps. Rassure toi. Si jamais tu as besoin d’aide, je ne suis pas maman IEF mais je suis passionnée de pédagogies alternatives et je serai ravie de discuter de tout ça avec toi ! En tous cas, j’ai hate hate hate de lire la suite de vos aventures de famille IEF dans les bois, vous me vendez du rêve un truc de fou !!

    Bises ma Soizic

    Sophie / hellozadig

    1. Bonjour Sophie.
      D’abord merci pour ton commentaire qui me conforte dans cette idée. Je sais que tu es toi-même instit et j’ai bien entendu lu ton article sur le sujet. 😉
      Depuis que je m’intéresse à l’IEF j’écume le net pour trouver des sites pour m’informer, voir comment cela fonctionne chez d’autre et je suis bien entendu tombé sur celui d’Eve Hermann dont je viens d’ailleurs tout juste de terminer le bouquin. 🙂 Celui de Bambichose m’a aussi éclairé sur le sujet. Je lis avec beaucoup d’attention également celui d’Add Fun & Mix & je me suis inscrite sur un forum de famille qui pratiquent l’IEF dans ma région.
      Little L. et moi-même avons hâte que cette année scolaire se termine. Elle m’a avoué hier avoir des angoisses quand elle n’a pas fait ses devoirs (qui normalement ne sont pas obligatoires mais qui finalement le sont puisque si elle n’a pas appris son autodictée elle ne pourra pas être notée le lendemain.) ou quand elle a oublié un de ses manuels à l’école. Elle a même développé de l’eczéma sous la mâchoire (je ne sais pas encore si c’est lié mais je fais mon enquête) !
      Merci beaucoup pour ta proposition de papotage autour de l’éducation, des pédagogies alternatives, toussa toussa. C’est vrai que n’ayant pas du tout baigné dans ce milieu et ne m’étant jamais vraiment intéressé au sujet, j’apprends énormément de choses. Je lis beaucoup pour pouvoir faire ma sauce avec mes enfants. Mais ce qui me manque le plus c’est effectivement le contact humain pour l’instant. Donc je prend ta proposition comme un cadeau et n’hésiterai pas à te contacter. 🙂

      Je te souhaite une belle fin de journée Sophie.
      A bientôt ! Bises

  2. Bonsoir, je découvre votre compte et j’ai pris le temps de lire votre article. Je voulais juste vous dire qu’instruire ses enfants est une belle aventure, avec ses hauts et ses bas bien entendu, comme peut l’être la vie en général, et il est important de la faire sienne. Si au début les groupes et blogs offrent de merveilleuses idées et permettent de se faire de super copains il est primordial à un moment donné de trouver son style, définir son propre chemin d’apprentissage (et parfois même changer de chemin) car ce qui convient aux autres n’est pas forcément ce qui nous convient. Quand aux inspections et bien elles se passent majoritairement bien, si le cas contraire devait arriver il faut juste bien connaître la loi. Je vous invite à consulter les sites des associations comme UNIE avant de commencer elles vous informeront des règles et modalités et vous verrez que le contrôle est là pour vérifier que l’enfant reçois bien une instruction et qu’il progresse. Les choix éducatifs sont libres. J’ai toujours pris les contrôles comme une formalité car je suis dans mon droit. Ne vous inquiétez pas, votre chemin se fera petit à petit, car comme tout on apprend en faisant et par mon expérience le plus grand ennemi de l’IEF c’est le stress que l’on peut s’imposer à soi même ! 🙂 Au plaisir d’échanger.

    1. Bonjour Ninon, et merci pour ton retour sur mon billet. Evidemment je suis consciente que c’est avant tout NOTRE propre rythme qu’il va falloir trouver, que celui-ci sera en constante évolution car puisque nous sommes des être vivants, nous évoluons et notre façon et vivre ainsi que notre rythme évoluent tout autant. Je suis convaincue par ce mode éducatif mais comme à chaque fois que je m’investie dans quelque chose de nouveau je me mets un peu la pression. Elle retombera lorsque nous aurons commencé, j’en suis sûre ; quand nous serons dans le vif du sujet et que nous le vivrons pleinement.
      Belle journée Ninon.

Laisser un commentaire