I.E.F. : Notre non-rentrée 2018

Je prends enfin le temps de venir écrire ici, au sujet de l'I.E.F. Effectivement, depuis 1 mois les journées sont denses et souvent trop courtes. 😉 Mais je ne m'en plains pas, au contraire, ce n'est que du bonheur !

Comment Little L. n'est pas entrée en CE2

La décision a été prise par tous les membres de la famille durant l'année scolaire 2017/2018. Little L. ne fera pas sa rentrée en classe de CE2.

Nous avons fait le premier pas en septembre et franchis le cap de la déscolarisation.

Mais concrètement, comment cela s'est-il passé ?

Little L. ayant 7 ans révolus, son instruction est obligatoire. Nous ne sommes donc pas dans le cas de figure d'un enfant de moins de 6 ans, qui n'est pas assujetti aux inspections académiques. En tant que parents, nous avons donc des comptes à rendre à l'Education Nationale.

  • 1 ère chose à faire en cas de non (ou dé)-scolarisation de son enfant : envoyer un courrier dans les 8 jours suivants sa déscolarisation à l'académie de laquelle vous dépendez, à l'école à laquelle l'enfant devrait être scolarisé et à la mairie de votre commune.
  • Vous recevrez dans les 3 semaines un accusé de réception de la part de votre Directeur académique avec un certificat d'instruction dans la famille pour votre enfant. La mairie se doit aussi d'accuser réception de votre courrier, et vous devez demander un certificat de radiation auprès de l'école.

Formel ou informel ?

Little L. ayant été scolarisée depuis ses 2 ans et demi, nous avons préféré, ensemble, rester sur du formel, afin qu'elle ne perde pas tous ses repères. Nous avons fait un brief d'avant non-rentrée pour mettre en place une organisation et avons convenu d'un planning, modulable et modifiable dans l'année, selon les besoin de l’intéressée. Nous avons instauré une sorte d'emploi du temps et avons convenu d'un temps de travail en matinée, les après-midi restant libres pour laisser à Little L. le temps de jouer librement, de trouver son rythme, ses aspirations et de s'ennuyer . Sauf qu'en ce moment, Little L. a besoin de sommeil, elle se lève plus tard que le mois dernier ; nous avons donc convenu ensemble qu'elle pouvait dormir le matin, mais que les activités de la journées seraient étalées et déborderaient sur l'après-midi. Aujourd'hui, ce rythme lui convient mieux, mais demain, il faudra peut-être encore s'adapter.

 

Nous sommes des êtres vivants, nous évoluons sans cesse, nos besoins sont donc différents.

Cours pas correspondance ?

Nous n'avons pas choisis les cours par correspondance car Little L. étant en cycle 2, nous nous sentons à l'aise avec le programme et les acquisitions qui lui sont demandées. Avant sa rentrée nous avons investis dans des livres, des cahiers d'activités et du matériel d'apprentissage. Cela a été un gros budget car j'ai choisi des supports de qualité et ai préféré plusieurs méthodes afin de répondre au mieux aux besoins pédagogiques de Little L. Je reviendrai plus en détail sur nos support en y consacrant un article.

Réels avantages ou leurre ?

Cela fait tout juste un mois que nous avons commencé l'I.E.F mais je peux déjà dire que je ressens sur Little L. un vrai changement. Je crois que suivre son rythme ne la met pas en situation d'échec, elle est donc plus confiante et cela s'en ressent sur sa relation aux autres. Ce n'est pas une enfant avenante en société ; de nature plutôt réservée elle se cache dans les jupons de son parent et n'ose pas s'approcher de l'inconnu. J'écris au présent, mais je pourrais commencer à écrire au passé, car sa confiance revenant, Little L. s'ouvre de plus en plus à l'inconnu.

Hormis le fait de regagner confiance en elle, Little L. peut suivre ses apprentissages à son rythme. Plus de pression lorsqu'elle écrit un texte, elle peut s'appliquer et prendre son temps pour terminer, elle est entourée de différents supports sur lesquels elle peut s'appuyer et s'aider lors d'exercices

en autonomie et elle peut-elle même se créer des supports d'apprentissage comme la confection d'étiquettes pour se présenter en anglais que nous avons dernièrement créées ensemble (je mettrais le .pdf dans l'article sur nos supports).

La fameuse question de la sociabilisation :

Premièrement, il était clair que je ne voulais pas faire l'I.E.F. pour enfermer ma fille dans une espèce de cocon familial qui serait au final toxique pour elle. Hors de question ! Little L., comme chaque année, a choisit une activité extra-scolaire et son choix (à mon grand bonheur) s'est porté sur le basket, sport collectif. De plus, elle voit beaucoup plus souvent ses ami(e)s lorsqu'ils rentrent de l'école, elle leur prépare des goûters et cela leur permet de partager autre chose que les bancs de la cours de récré. Aussi, je me tiens informée des sorties entre familles qui pratiquent l'I.E.F. dans ma région et je commence tout juste (oui, cela fait à peine 1 mois, je ne peux pas faire mieux, hein ! ) à prendre contact avec d'autres familles pour que l'on se rencontre pour pique-niquer ou pour des moments de jeux. Je tiens cependant à ce que Little L. garde et entretienne de vraies relations avec ses ami(e)s de l'école, c'est pourquoi elle est tenue de choisir (selon ses désirs) pour les vacances scolaires une activité du centre social de notre commune, ce qui lui permet de partager avec eux des activités en collectivité. Pour finir, elle pratique la batterie 30 minutes par semaine avec un professeur (depuis l'an dernier déjà) et est amenée en courant d'année à travailler des morceaux en groupe ; elle y rencontre alors d'autres musiciens en herbes ou confirmés.

I.E.F. et situation professionnelle, comment gérer ?

Me concernant, je suis aussi ce qu'on appelle aujourd'hui une mumpreneuse. Je suis graphiste - maquettiste indépendante depuis 2013. Ce n'est donc pas nouveau pour moi. La deuxième année suivant mon installation, j'avais investis un petit atelier dans ma commune. J'avais pignon sur rue, une jolie vitrine et cela m'a permis de mieux me faire connaître auprès des artisans locaux. Puis, enceinte de Mini A. j'ai laissé cet atelier pour re-travailler depuis mon domicile. Bref, rien de très original. Je voulais avoir une situation professionnelle, ne pas tout laisser tomber, et en même temps être une maman disponible pour mes enfants ; le beurre et l'argent du beurre en somme.

C'est donc tout naturellement que mon rythme de travail s'adapte aux rythmes des enfants. Lorsque Little L. est en autonomie sur ses apprentissages et que Mini A. joue tranquillement, j'ai du temps pour travailler. Lorsque Mini A. est à la sieste et que Little L. est en temps calme, j'ai du temps pour travailler. En ce moment je travaille aussi beaucoup le soir, lorsque les enfants sont couchés ; je n'arrive pas à me lever avant tout le monde le matin (peut-être ce rythme changera-t-il au fil des mois et des saisons).

Conclusion après 1 mois d'I.E.F.

Je dirai que pour l'instant je ne vois pas vraiment d'aspects négatifs à l'I.E.F. Évidemment il y a des jours où cela ne coule pas de source, où Little L. n'a aucune envie de se poser sur des supports d'apprentissage et alors c'est un peu dur pour moi. Cependant, ces jours là sont rares et dans l'ensemble, Little L. est très réceptive et très motivée par ce mode d'instruction. Je ressens un réel changement bénéfique sur elle et aujourd'hui je suis sûre d'avoir fait le bon choix.

 

Laisser un commentaire