Graine de championne




Les premières fois sont toujours très appréhendées. Autant par les enfants que par les parents. Bien que nous, parents, savons que ça va bien se passer. Mais quand même.

Little L. vient de souffler ses 5 bougies. Bien que la neige ce soit faite désirée, j’avais quand même bien l’intention, cet hiver, de la mettre sur des skis. Little L. n’est pas bien téméraire. Je savais que ça allait être dur, que ça allait être un travail en amont et surtout, pas le choix. Nous vivons à la montagne, j’adore les sports de glisse et j’ai envie de partager ça avec ma fille. & puis pour une enfant de la montagne, 5 ans, c’est un bon âge pour commencer. 
Bien souvent depuis l’hiver dernier je lui parlait de cette fameuse fois où elle monterai sur des skis. Je l’ai rassuré, lui ai démontré par A+B que ça allait être génial et qu’elle allait adorer ! Alors c’était parfois « oui », parfois « non ». Toujours cette fichue appréhension de la première fois.
Un peu comme un entretien d’embauche, une pièce de théâtre, un saut en parapente (ou parachute ??), un premier baiser, un premier rendez-vous… La première fois, même si l’on sait que ça va bien se passer, c’est toujours ultra flippant ! 
Mais nous ne nous sommes pas démontées. Nous sommes allées à notre rendez-vous avec le moniteur d’ESF, et Little L. a chaussé ses skis. Elle lui a pris la main et elle a descendu sa première piste.
Le « tapis magique » était juste trop magique (en plus elle passait devant tout le monde, quelle chance !!) et le moniteur connaissait son Cars par cœur. Sauvée !!!
Très mal cachée derrière un arbre face à l’arrivée du « tapis magique » (oui, Little L. n’est pas dupe, j’étais bel et bien repérée) je prenais huit millions de photos, toute love de voir mon bouchon haut comme trois pommes glisser sur la neige. 
Au bout d’une heure, c’est une Little L. le sourire aux lèvres que j’ai retrouvé. Le moniteur lui a validé sa première leçon et elle a même eu droit à sa première petite médaille. Un bel encouragement pour continuer ! Little L. a certifié que le ski « c’est trop génial » et qu’elle voulait en refaire. & moi, ravie, je continuais à prendre des photos de ma petite fierté et de sa médaille fraîchement gagnée en lui disant qu’elle était une championne.
Conclusion : Je ne sais pas qui, du parent ou de l’enfant était le plus fier.

Laisser un commentaire