I.E.F : notre décision

Jusqu’à l’an passé, je n’avais jamais vraiment remis en question le rôle de l’éducation nationale. Little L. est une élève sérieuse qui n’a eu aucune difficulté pour s’intégrer à l’école maternelle, qui a toujours bien fait ce qu’on lui demandait. J’avais bien entendu une opinion assez partagée sur la pédagogie utilisée dans nos écoles publiques ; je me disais que c’était bien mieux dans les pays nordiques, comme en Finlande, en Suède ou en Norvège. Mais jusqu’à ce que Little L. rentre au CP, je n’avais jamais envisagé que son éducation puisse être différente.

Lorsque je lisais dans son carnet de correspondance parents/enseignant que Little L. était trop « lente » à l’écrit, je me posais alors la question : « trop lente », par rapport à quoi ? A qui ? D’après quels critères ? Little L. écrit à son rythme, et dans un soucis de bien faire, elle prend son temps, elle s’applique. Bref, on lui demandait d’aller au rythme de la classe, pour ne pas ralentir le groupe, pour ne pas être à la traine ou ne pas dores et déjà avoir des lacunes.

Cela peut paraître anodin mais a soulevé en moi des tonnes de questions quant à l’éducation de mes enfants. Alors j’ai commencé à regarder de plus près les alternatives qui s’offraient à nous. & je me suis d’abord tournée vers l’idée de l’école alternative. Oui mais… la première école alternative est très loin de notre lieu de vie et nous obligerait à manger des patates tous les jours. Autant dire que j’ai très vite laissé tomber l’idée.

Alors j’ai commencé à chercher sur la toile des récits d’expériences de familles qui marchent hors des sentiers battus. & là, preuve qu’Internet est une mine d’or d’informations, j’ai trouvé des blogs, des forums, des sites entiers consacrés à l’I.E.F. & j’avoue que cela m’a fait rêvé. Alors j’ai creusé plus, parce que voilà, j’avais trouvé l’alternative faite pour nous. J’ai acheté des livres, et commencé à feuilleter tout un tas d’articles sur l’éducation libre.

Puis, lors d’un week-end en AirBnb que j’avais réservé pas très loin de chez nous, nous avons posé nos bagages chez une famille qui pratique l’I.E.F. (heureux hasard que nous offre la vie) Ô joie, ô désespoir !! Quel bonheur, je pouvais enfin voir de mes propres yeux ce qu’offrait cette façon de vivre avec ses enfants. J’y ai vu des enfants épanouis, dégourdis, des parents complices et aimants, et j’y ai vu la liberté. D’abord la liberté des enfants, qui évoluaient de façon autonome, qui ne cessaient d’expérimenter… Des enfants sociables… (malgré tous les préjugés d’associabilité que l’on peut avoir sur l’I.E.F) Nous avons discutés, discutés, discutés… On nous a glissé le film Être et Devenir sur notre clé USB et nous sommes rentrés dans notre forêt plus sûrs que jamais que oui, c’est ce que nous voulons pour nos propres enfants. Pour Mini A., qui a tout juste 1 an, cela va de soi. Avec son papa nous sommes convaincus par cette éducation. Oui mais… Little L. est en « garde alternée » (en fait pas vraiment car les horaires de travail de son papa ne nous le permettent pas donc je dirai plutôt que c’est une garde alternée aménagée).

Après avoir exposé la chose d’abord à la principale concernée (qui a tout de suite été hyyyper emballée) puis à son papa, après lui avoir laissé le temps d’une mûre réflexion, nous nous sommes posés, tous les 3, pour en discuter. & nous nous sommes mis d’accord. Nous allons essayer l’I.E.F l’an prochain. Alors que Little L. devra faire sa rentrée en CE2, si elle est encore partante pour l’aventure (car rien n’est imposé) elle fera sa non-rentrée à la maison.

De mon côté je continue à m’informer sur le sujet, & je dois dire que depuis que la décision a été prise j’ai une certaine pression. J’ai des peurs ; ma plus grosse hantise : les inspections. C’est pourquoi je me suis dores et déjà inscrite sur un forum de familles qui pratiquent l’I.E.F dans ma région, et j’espère pouvoir les rencontrer tout bientôt. J’ai d’ailleurs été agréablement surprise du nombre de familles qui pratiquent. Nous avons tendance à penser qu’à la campagne ou à la montagne c’est plus compliqué, hé bien la preuve en est que non ! 😉 Je continue à lire des ouvrages sur le sujet et à rassembler des idées d’activités qui seraient susceptibles d’intéresser Little L. Nous réfléchissons ensemble à comment nous allons organiser nos journées et avons déjà posé les premières pierres de notre future organisation.

 

Malgré cette pression qui je le sais me vient du fait que nous allons faire différemment de ce que nous impose la société, malgré mes peurs, je reste convaincu par cette façon de vivre l’éducation avec mes enfants. Je souhaite qu’ils deviennent des personnes libres et je vais continuer à y mettre énormément d’énergie.

 

A bientôt, voisins Sauvages !

🌲🏠🌲

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *